Accueil BIEN fait Une startup riche de sens, naturellement

Une startup riche de sens, naturellement

Leslie et Luc ont mis dans leur marque et leur boutique en ligne tout ce qui engage leur nouvelle vie (Ph. D.R.)
ATTRACTIVITÉ LOCALE. Leslie et Luc Lepelletier-François ont quitté Paris pour créer CocoriCosmetic. Ils viennent d’intégrer la French Tech Périgord Valley (FTPV), après une incubation réussie à H24 et l’ouverture de leur boutique en ligne, génératrice de changements d’achats pour l’espace salle de bain. Au-delà des produits bio et naturels français qu’ils promeuvent, ils racontent l'histoire et le savoir-faire des artisans qui les fabriquent.

Sur le ton enjoué et complice qu’on aime retrouver sur leur site CocoriCosmetic, ils reviennent sur leur parcours et les motivations de leur nouvelle aventure professionnelle en duo. Ce jeune couple parisien aurait pu poursuivre sa belle réussite dans le monde de la communication. Ados, Leslie et Luc en rêvaient : ils en ont fait une réalité passionnante et chronophage, gravissant les échelons en agence avec toujours plus de pression, travaillant à faire vendre, davantage et encore, dans un tourbillon de projets et un turn-over d’équipes.

Quête de sens et de santé

Et puis ”choupette” et “crapouillot” sont arrivés dans leur vie, les propulsant vers le statut de parent, avec la légitime question du monde qui les attend, de leur bien-être. « On s’est mis à consommer de plus en plus bio, on a fait évoluer nos achats, nos déchets… » Leur mode de vie perso ne correspond alors plus à leurs objectifs commerciaux pro. Le charme se rompt aussi lentement et sûrement que ce rythme les avait étourdis, laissant place à des envies d’autrement et ailleurs. La fermeture de l’agence qui employait Leslie leur donne l’occasion de prendre une décision que Luc mûrissait aussi. « Passer à autre chose, redonner du sens à notre vie professionnelle et à notre vie tout court ».

Tous deux sont liés à la Dordogne par leur enfance… ils laissent d’ailleurs aujourd’hui leurs petits dans la cour d’école où Leslie a grandi, à Trélissac. Mais avant de changer de vie, de tout quitter pour s’installer ici, il fallait identifier un projet viable : leurs CV, marqués par un rôle stratégique auprès de grands noms, n’étaient pas adaptés aux attentes locales. Quitte à s’inscrire dans l’opérationnel, autant imaginer leur propre affaire. Ainsi ont-ils conçu leur boutique en ligne de produits sains pour la salle de bain, l’étude de marché plaçant les voyants au vert pour mettre le cap vers cette terre favorable à l’éclosion de leur projet comme à leur bonheur en famille.

Libérés de leur travail fin 2018, ils ont déménagé pendant l’été 2019. « Avec le soutien de l’incubateur H24 et d’Initiative Périgord, nous avons bénéficié d’un accompagnement, d’un réseau et d’une visibilité que nous n’aurions jamais eus à Paris. Ici on rencontre vraiment nos partenaires, on s’appelle, on est accueillis. On savait qu’on pouvait se lancer plus sereinement. » Bien mieux qu’à Paris où sortir du lot dans la jungle des startups demande davantage de temps.

Rupture de rythme bénéfique

Repéré à l’échelle nationale pour le bien-être et la pleine nature, le Périgord est l’écrin idéal pour les produits sains que le duo souhaite promouvoir. À H24, où ils ont obtenu le prix de la créativité lors du premier concours, ils ont véritablement abandonné leur costume de salariés pour peaufiner leur fibre entrepreneuriale. Ils ont bénéficié de coaching, abordé tous les aspects qui structurent un dirigeant : assurance, banque, comptabilité, logistique, en rencontrant les bons interlocuteurs. Sortis du cadre collectif de l’incubateur, qu’ils n’ont finalement fréquenté que pour des rendez-vous, réunions et ateliers, ils ont pleinement investi leur maison trélissacoise noyée dans la verdure à la faveur du lancement officiel de leur enseigne digitale, ce printemps. Une étape majeure dans leur changement de vie. « Avec 3 000 produits stockés à l’entrepôt, tous les contenus finalisés et la technique sécurisée, l’organisation est solide : il était temps de se lancer. Nous allons vers l’autonomie. »

Le récit qu’ils distillent en rose et blanc derrière la vitrine digitale de CocoriCosmetic et sur les réseaux sociaux repose sur des valeurs d’authenticité et de partage : du vécu de jeunes parents confrontés aux allergies de leurs petits jusqu’au voyage spatial de Thomas Pesquet, toutes les occasions sont bonnes pour mettre en scène les produits et les artisans qu’ils ont choisis.

Après une formation professionnalisante en cosmétiques naturels, ils ont beaucoup testé et pas mal approuvé pour sélectionner 200 références bio et naturelles, crèmes de jour et solaire, lotions bébé, maquillage ou shampoings pour animaux. Sur le mode de la connivence et de la confidence, avec humour, le couple promène ses clients en coulisse et présente la trentaine de producteurs en narrant leur parcours. Par ces chemins attachants, ils relient une communauté dont CocoriCosmetic devient le cœur, décrite dans un manifeste et une charte qui expliquent les engagements pris, y compris le retour d’expérience attendu des clients et le lien privilégié noué avec eux par de petites attentions.

Hygiène et beauté revisitées

Le premier confinement a validé leur ADN fondé sur la vente en ligne, les produits bio et naturels, 100 % français. « Moins mais mieux : le repli sur soi engendré par cette crise a réorienté la consommation. » Ils restent en éveil pour trouver de nouvelles pépites qui cochent les trois cases originales de CocoriCosmetic. « Ces produits existent, les artisans qui les créent sont tout à leur savoir-faire plutôt que dans une démarche commerciale : nous leur offrons une visibilité. Ils sont eux-aussi très sélectifs et veulent rester dans un esprit artisanal. Nous avons dû les convaincre de notre démarche. Dans un esprit gagnant-gagnant, nous achetons un stock au producteur pour lui sécuriser un chiffre d’affaires. On ne se contente pas de prendre un pourcentage. » La dimension humaine n’est jamais loin du produit, en témoignent les photos et vidéos qui présentent l’activité de chacun. On y retrouve la savonnerie En douce heure, basée à Vélines.

En sous-traitant la logistique, Leslie et Luc ont gagné du temps pour se concentrer sur la veille documentaire et les possibles évolutions, vers les produits d’entretien par exemple. Le projet initial incluait un magasin physique à Périgueux, que la crise Covid a mis entre parenthèses. Ils espèrent l’ouvrir un jour, dans le même esprit que leur site internet, « une boutique réenchantée » qui déborderait d’imagination et d’activités.

Le parti-pris de transparence mis en œuvre efface les usages que Leslie et Luc ont connu dans leur (déjà) ancienne vie, publicité qui vend du rêve pour faire oublier le quotidien. Les voilà épanouis dans leur réalité partagée, et augmentée, qui réconcilie enfin le fond et la forme.

Palmarès

Crème aux fleurs, aux pâquerettes… les petits produits de niche qu’on s’offre sur un coup de cœur ont le vent en poupe dans la boutique en ligne. Ce ne sont pas forcément les spécialités prévues qui s’imposent sur le podium. « On attendait davantage des savons ou gel douche, du quotidien, et finalement nos clients se font plaisir ! »

 Périgord & Cosmetic Valleys

Les jeunes créateurs ont intégré Beauty Hub, l’accélérateur de startups de la Cosmetic Valley inauguré en septembre dernier, à Chartres : seulement cinq startups, choisies parmi 50 candidats, ont rejoint cet écosystème qui représente un formidable tremplin. À terme, cela devrait permettre à CocoriCosmetic de fabriquer ses propres produits grâce à l’accès à des formulateurs liés à ce pôle de compétitivité. « Mais nous voulons d’abord consolider les fondations. » Côté Périgord, ils viennent d’entrer dans la communauté de la French Tech Périgord Valley.