Accueil BIEN fait Parcours exemplaires vers un métier solide

Parcours exemplaires vers un métier solide

© SBT
FORMATION. Les professionnels du Bâtiment de Dordogne se sont réunis autour des trophées Jeunes créés par Cobaty pour distinguer des parcours de vie et de travail.

Les professionnels du bâtiment de Dordogne se sont retrouvés dans une convivialité post-covid pour remettre deux trophées à des apprentis formés aux CFA de Périgueux et de Bergerac : au-delà des lauréats, à l’heure où les entreprises recherchent des compétences et accompagnent les formations, la cérémonie s’est attachée à valoriser des jeunes qui choisissent l’un des métiers de la fédération Cobaty.  « La qualité de formation et d’encadrement est primordiale pour nos apprentis, les métiers du bâtiment reposent sur la transmission humaine, sur le terrain », assure Jacques Laparra, président du Cobaty Périgord.

Lauréats très investis

Losseni Diomande est distingué pour son parcours au CFA BTP de Périgueux, établissement dirigé par Michel Jean. « C’est toujours difficile d’isoler un profil sur 450, assure-t-il. Mais Losseni a été identifié unanimement : il est né pour être forgeron. Quand on le voit marteau en main devant sa forge, il se passe quelque chose, le geste est précis et puissant… on dirait que la matière sait ce qu’elle doit faire. Ce n’est pas seulement un grand professionnel en devenir, il est doté de qualité humaines rares. » Ce que confirme son formateur, le MOF Philippe Bachmair. Très touché, le jeune homme les a tous remerciés pour la confiance acquise.

© SBT

Âgé de 20 ans, il est en contrat d’apprentissage de CAP première année de Ferronnerie d’art, dans l’entreprise L’Art du fer, dirigée par Boris Klein, à Lézignan-Corbières. Il a déjà suivi une formation en CAP Serrurier métallier pendant deux ans dans ce même CFA, dans la même entreprise. Ses réelles compétences dans le domaine de la forge, son investissement dans sa formation, ajoutent à son état d’esprit volontaire et sa capacité à rendre service. Il a noué des liens avec ses formateurs comme avec ses collègues. Toutes qualités repérées pour mériter cette récompense.

Apprenti toute sa vie

Kevin Banthoud reçoit ce trophée au titre du CFA Construction Sud Dordogne de Bergerac, dirigé par Philippe Fagette. « L’établissement existe depuis 17 ans et a reçu l’agrément CFA en 2019. 250 alternants sont accompagnés, dont une moitié en apprentissage. » Sur les huit candidats présélectionnés par les formateurs et auditionnés, Kevin cochait toutes les cases. « Après une histoire de vie particulière, il fallait poser la question : peut-il concourir à 30 ans ? Feu vert de Bernard Mousnier pour lequel “on est apprenti toute sa vie”. Kevin s’est intégré pour avancer, il brûle les étapes, avec une personnalité très accessible. » Après avoir sollicité l’entreprise d’électricité de Nicolas Laval, à Port Sainte-Foy, pour un stage, Kevin Banthoud a répondu au souhait du dirigeant de recruter un apprenti et le voilà aujourd’hui sur un niveau 4 de Technicien bâtiment communicant et connecté, après avoir obtenu un CAP d’électricien.

© SBT

Encouragé à poursuivre, au regard de ses compétences, il présente un état d’esprit, un sérieux et des motivations qui ont arrêté le choix du jury. « On a vraiment de la chance en France, dit celui qui est passé par des séquences de vie difficiles avant d’intégrer le centre de formation début 2021, de pouvoir accéder à une formation à 29 ans et se reconvertir dans un métier qu’on ne connaît pas, d’être accompagné. Je suis reconnaissant à mon patron de me donner une chance, de m’avoir aidé à valider le niveau 3 d’électricien et me permettre de continuer vers un niveau supérieur dans ce métier que j’aime, et apprendre encore. » En lui remettant le trophée, Pia Hanninen, architecte des Bâtiments de France, a dit l’admiration qu’elle portait à cette intelligence « entre les mains et le cerveau.  J’ai beaucoup appris des artisans, vous avez des connaissances que nous n’avons pas ».

Les deux lauréats entourés des Cobatystes, du préfet de Dordogne, de Pia Hanninen (Bâtiments de France), du président de la Société des membres de la Légion d’honneur de Dordogne (qui a aussi un trophée national pour accompagner l’apprentissage avec une sélection départementale des candidats, en lien avec les professionnels), de la caisse locale du Crédit agricole © SBT

Pour le préfet, Jean-Sébastien Lamontagne, ces deux parcours de vie, qui n’ont été simples ni pour l’un ni pour l’autre, illustrent la capacité à rebondir et à s’en sortir, avec de la volonté et du travail, en alliant savoir-être et savoir-faire. « C’est aussi une mise en lumière des filières de l’apprentissage. Les statistiques démontrent que l’alternance donne 70 % de chances de trouver, dans l’année qui suit, un emploi durable. Et avec l’envie de progresser, les meilleures perspectives sont offertes. » La loi de 2018 a simplifié des procédures pour les entreprises et les formateurs, des aides récentes rendent le recours aux apprentis plus attractif. « Dans notre pays, il y avait 500 000 apprentis en 2020, 700 000 l’an passé et ce succès est aussi au rendez-vous en Dordogne, avec 3 350 jeunes alternants. »

Des professionnels engagés

© SBT

Cobaty Dordogne, créé en 1986 et présidé localement par Jacques Laparra, recense une cinquantaine d’adhérents et s’inscrit dans une fédération internationale d’associations. Lancé en France en 1957, Cobaty regroupe des professionnels concernés par l’acte de bâtir, l’urbanisme ou l’environnement (4 300 membres au niveau national) soit une centaine de métiers, de l’architecte au maçon, de l’ingénieur au notaire, de l’entrepreneur au banquier, du promoteur au géomètre. De cette diversité naissent des réflexions et des propositions fondées sur l’intérêt public, dans une recherche de qualité professionnelle, un état d’esprit de solidarité allié au sens du devoir, sans corporatisme.

© SBT

Cette marque de reconnaissance est née en Périgord au début des années 2000 : les trophées Cobaty Jeunes, inventés par le président d’alors, Bernard Mousnier, récompensent des filles et garçons en formation, du CAP au diplôme d’ingénieur. Depuis, l’initiative du club de Périgueux s’est étendue dans les 135 autres associations du mouvement, en France et dans sept pays.