Accueil BIEN fait BIEN dans ma Tech BRAINY-CLUB, donner aux enfants un tremplin vers une vie épanouie

BRAINY-CLUB, donner aux enfants un tremplin vers une vie épanouie

©Brainy-club
INNOVATION PÉDAGOGIQUE. Professeure de langues trilingue, orthopédagogue et TRIZ-pédagogue certifiée, Tatiana de Gorlof a créé avec son mari Anthony, Brainy-club, une jeune entreprise numérique labellisée French Tech Périgord Valley. Un concept unique s’adressant aux jeunes de 6 à 17 ans ainsi qu’à leurs parents. Des ateliers en présentiel ou en ligne (live et replay) pour aider les enfants et les adolescents dans toutes les sphères de leur vie, et leur donner toutes les chances pour leur avenir d’adultes. Une bonne complémentarité avec la scolarité, éveillant et cultivant la créativité, la curiosité, pour apprendre à apprendre efficacement et développer l’adaptabilité.

À la naissance de leur fils Maxime en 2012, Tatiana et Anthony se posent beaucoup de questions quant à son éducation et se tournent progressivement vers les pédagogies alternatives. En 2016, ils font le choix de Bergerac lorsqu’ils s’installent en Dordogne et inscrivent leur fils en moyenne section à l’école Montessori. Chemin faisant, ils explorent d’autres méthodes encourageant l’efficacité et la gestion de l’énergie, et découvrent l’orthopédagogie et TRIZ-pédagogie (lire plus bas).

« Remue-méninges créatifs »

Le couple se passionne pour ces techniques, et nourrit rapidement le projet d’en faire profiter d’autres parents qui ont les mêmes questionnements. Alors que Tatiana prépare une spécialisation en orthopédagogie (étude des stratégies d’apprentissage) et une certification TRIZ-pédagogie, Anthony gère la partie technique du projet.

©Brainy-club

Ils créent dans un premier temps des ateliers dont la vocation, explique Tatiana, « est de développer la créativité de l’enfant ou de l’adolescent ; la créativité dans son premier sens, celui d’avoir de nouvelles idées et de trouver des solutions les plus appropriées à chaque situation ». Dans ces ateliers, « on travaille sur l’ouverture d’esprit et la capacité à réfléchir autrement ; on cherche, indique-t-elle, le déclic qui les aidera pour pouvoir toujours rebondir et s’adapter à un monde en perpétuelle évolution ».

Les jeunes sont ainsi confrontés à des situations concrètes, des énigmes, en utilisant des outils et des ressources autour d’eux. « Ils doivent, souligne Tatiana, solliciter leur créativité pour trouver, non pas une mais des solutions, en développant leur imagination, ce qui leur permettra de générer beaucoup d’idées, ainsi que de susciter leur curiosité ».

« Un vrai cercle vertueux », renchérit Anthony, « car la confiance en soi induite par cette démarche permet de persévérer et d’avancer ». Et ce qui fonctionne d’autant mieux avec les enfants autant que les ados, c’est qu’il y a des solutions peut-être plus efficaces que d’autres, mais il n’y a pas de mauvaises réponses et donc pas de jugement. Ces situations ouvertes favorisent ainsi « un esprit vif, curieux et créatif » qui perdurera à l’âge adulte et favorisera l’adaptabilité.

©Brainy-club

« Leur cerveau est fantastique »

L’expertise de Tatiana en orthopédagogie lui permet d’agir sur un second axe particulièrement récurrent : les problématiques d’apprentissage. Difficultés passagères ou troubles plus importants sont abordés dans d’autres types d’ateliers. Soucieuse de s’adresser aux familles, Tatiana propose quelques heures destinées aux parents. Régulièrement confrontée à cette demande, elle les aide à accompagner leurs enfants, autour de problématiques dues notamment à un défaut de l’attention ou au manque de concentration. Il s’agit pour elle de leur donner des outils, des astuces, pour qu’ils puissent les appliquer eux-mêmes.

Dans un second temps, Tatiana propose un accompagnement individuel et personnalisé aux enfants rencontrant des troubles de l’apprentissage, Troubles De l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH), DYS.

Enfin, elle anime également des ateliers en petits groupes autour de toutes les situations auxquelles sont confrontés autant les enfants que les adolescents : organisation, mémorisation, flexibilité cognitive, gestion émotionnelle, autonomie, motivation…, afin de leur fournir des supports, des pense-bêtes complémentaires avec leur scolarité.

Depuis le premier confinement, les compétences en informatique d’Anthony lui ont permis de créer le site Brainy-club, ce qui a permis à l’activité d’entrer dans la French Tech Périgord Valley (FTPV). Le site propose des activités sur-mesure, des ateliers en ligne (live et replay) et en présentiel. Un concept apprécié si l’on en croit les parents, et qui s’est déjà exporté dans plus de 20 pays francophones.

TRIZ

TRIZ est l’acronyme du russe  “Teorija Reshenija Izobretateliskih Zadatch”, traduit en anglais par ”Theory of Inventive Problem Solving”, et en français ”Théorie de résolution des problèmes inventifs”. Cette méthode est issue de l’analyse de 40 000 brevets d’invention par Genrich Altshuller et son équipe de 1 500 ingénieurs. Cette analyse a permis de mettre en évidence les principes communs entre les inventions. À partir de 1946, Genrich Altshuller met donc au point TRIZ pour aider les ingénieurs à trouver des idées nouvelles et originales et à résoudre des problèmes d’innovation.  De nos jours, de très nombreuses entreprises comme Airbus, Samsung, Siemens, Thalès… utilisent la méthode TRIZ pour créer des produits toujours plus innovants.

TRIZ pédagogie

Genrich Altshuller a constaté que la créativité diminue avec l’âge, il fallait pouvoir penser « out of the box ». pour utiliser TRIZ. C’est à partir de ce constat que certains des principes de TRIZ ont été adaptés aux enfants, afin de commencer le plus tôt possible. L’objectif de cette méthode étant de prolonger et de stimuler leur esprit créatif, leur curiosité, leur imagination, pour qu’ils parviennent à trouver des solutions adaptées dans toute situation. C’est ainsi que TRIZ pédagogie a vu le jour.

D’ailleurs, un test de créativité destiné aux futurs ingénieurs de la NASA le démontre également. Le concepteur de ce test s’est aperçu que le taux de créativité des ingénieurs n’était que de 2%. Il a alors soumis le même test à des enfants âgés de cinq ans qui ont affiché un taux de créativité de 98%!