Accueil BIEN commun Gagner sa vie sans perdre son temps

Gagner sa vie sans perdre son temps

Échanges après la conférence : curiosité et analyse. © Myriam Poupard
ADAPTATION. Comprendre et manager les nouvelles générations ? Plutôt qu'attendre un miracle pour leurs postes non pourvus, des employeurs et des élus du Périgord vert ont engagé une réflexion sur les aspirations des nouvelles générations. Modes d'emplois.

Il est loin le temps où une entreprise embauchait du personnel sans expérience, à vie et avec une réelle opportunité d’ascension sociale : au moment où les plus jeunes des Baby Boomers vont bientôt partir à la retraite, l’heure est venue de remiser les “30 Glorieuses” dans l’armoire à souvenirs… mais aussi les comportements professionnels de la génération suivante, dite “Génération X”, face aux problèmes de recrutement actuels.

Emmanuel Mazeau, directeur du Pays Périgord Vert, a saisi au bond cette thématique posée par le club d’entreprises XV Haut Périgord et des missions locales du territoire : « le dispositif O.C.M.R. (Opération collective en milieu rural) apporte une aide à l’investissement des entreprises, artisans et commerçants ainsi que des actions collectives pour trouver des pistes de solutions aux problématiques rencontrées. » Après Excideuil et Saint-Martial-de-Valette, Saint-Aulaye-Puymangou accueillait donc ce 29 mars la conférence “Comprendre et manager les jeunes générations” assurée par Thaïs Herbreteau, intervenante pédagogique de Link’s Accompagnement. Yannick Lagrenaudie, maire de la ville hôte, résumait parfaitement la situation en introduction : « Nous devons mieux comprendre le rapport au travail des jeunes pour faire face à ces problèmes de recrutement ».

Emmanuel Mazeau et Yannick Lagrenaudie © Myriam Poupard

Des clés de comportements

Dans le public, chef.fe.s d’entreprises et de clubs d’entreprises, élu.e.s, personnels de missions locales sont tout ouïe et ils font bien car la très dynamique Thaïs les intègre dans son exposé, qui en parent bousculé, qui en dirigeant d’avant ou de maintenant. Elle délivre les clés de comportements où « les jeunes des générations Y, Z et prochainement Alpha (né.e.s entre 1979 et aujourd’hui) ne veulent plus sacrifier leur vie de famille et leur équilibre personnel/professionnel, mais donner du sens… et leur avis puisque leurs parents le leur demandent continuellement ! » Elle complète en expliquant que « ces jeunes se sont aussi construits dans la peur des attentats, du dérèglement climatique et écologique, et plus récemment du Covid et de la guerre. Ils ont conscience de pouvoir mourir demain et ne se projettent donc plus de la même manière. »

“e-réputation” et entretien de sortie

Concrètement, plus de 40 % des jeunes envisagent de créer leur entreprise quand d’autres font leur choix par rapport à des valeurs plutôt qu’au salaire proposé : solidarité et entraide au travail collectif, préservation de la planète. Ils attendent respect, écoute et considération ; dans le cas contraire, attention à “l’e-réputation” sur les réseaux sociaux ! Les entrepreneurs sont donc invités à occuper ces mêmes réseaux, réaliser un entretien saisonnier, avoir quelque talent d’animateur et la capacité à créer une certaine intimité, et à favoriser leur autonomie en les questionnant : « Qu’en penses-tu ? Que proposes-tu ? ». Enfin, puisque les jeunes changeront souvent d’employeurs, il sera intéressant de réaliser un “entretien de sortie” où ils donneront les raisons de leur départ : l’ego sera sûrement égratigné, mais cela permettra d’améliorer la gestion des salariés suivants.

Témoignage à double titre

À la fin de la conférence, Sébastien Pouteau, 26 ans, responsable de production de Céraquitaine (entreprise eulalienne comptant 35 salarié.e.s) nous confie ses réflexions. « Nous avons deux recherches actives de postes en ce moment que nous n’arrivons pas à satisfaire. Malgré la diffusion de l’offre sur les sites de Pôle emploi, des Missions locales ou du Bon coin, nous ne recevons que peu de C.V. », déplore-t-il. La conférence a confirmé certains constats qu’il complète en ce qui concerne l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle : « la plupart des salariés, même quarantenaires, souhaitent travailler avant tout pour gagner de l’argent qui servira aux temps de loisirs. » Il retiendra principalement de la soirée le « qu’en penses-tu, que proposes-tu ? » et l’entretien de sortie à mettre en œuvre.

Et en tant que jeune, quel est le rapport au travail de Sébastien ? « J’ai déjà changé trois ou quatre fois d’employeur. J’étais ingénieur en informatique mais dans ce secteur, on est traité comme de la marchandise. Cela m’a cependant donné une expérience de chef d’équipe qui m’est utile à Céraquitaine. » Il ajoute avec honnêteté « mon père en est le dirigeant, je reprendrai le flambeau donc j’ai un attachement à l’entreprise, et une perspective d’avenir à long terme plus proche de celle développée par les anciens de la boîte que par les jeunes de ma génération. »

Myriam POUPARD

Génération ?

Pour en apprendre davantage sur les caractéristiques générationnelles : www.ma-generation.xyz