Accueil BIEN commun Le Périgord Limousin, terre de défis sportifs au service de la solidarité

Le Périgord Limousin, terre de défis sportifs au service de la solidarité

©C.Ribeyreix
PERFORMANCE SPORTIVE. SOLIDARITÉ. Ancien triathlète et ultra coureur depuis plusieurs années, Patrick Heyer allie pour la seconde fois sport de haut niveau et solidarité. Les 17 et 18 juin prochains, il va effectuer les 200 km de la Grande boucle du Parc Naturel Régional Périgord Limousin (PNRPL) en trail non-stop, ce qui est une première, au profit de France Alzheimer Dordogne.

Après une première expérience solidaire en 2018, la traversée de la Dordogne du nord au sud, en trail duo avec Anthony Pautard (soit 190 km au profit de la Cami24), le sportif d’endurance a pour ce prochain défi plusieurs objectifs en tête.

Créer une passerelle

Dans ce nouveau challenge, Patrick ne recherche pas la performance kilométrique mais la création d’un « lien entre deux mondes dynamiques et actifs mais qui ne se croisent pas forcément ». Un territoire, celui du Parc Naturel Régional Périgord-Limousin qui le séduit profondément et qu’il a envie d’explorer, pour en faire connaître toutes les richesses, qu’elles soient patrimoniales, locales, ou liées à la biodiversité. Une association, France Alzheimer Dordogne, pour laquelle il veut s’engager afin de sensibiliser le grand public à toutes ses missions à l’égard des personnes malades et des aidants, en récoltant des fonds via une cagnotte en ligne.

Une démarche pour la santé et l’environnement

Président du club de natation ACAP, le sportif veut également grâce à cette action, faire la promotion des bienfaits de la pratique d’une activité physique régulière pour la santé, mais pas seulement. Conscient des enjeux environnementaux, il veut réduire au minimum son impact environnemental lors de cette performance. Il se rendra ainsi en train à La Coquille pour le départ à la Maison du PNRPL et utilisera pour sa préparation et la course, uniquement des produits locaux en circuits courts. Il sera ravitaillé par un suiveur en VTT.

Enfin, en tant que salarié d’Enedis, Patrick souhaite associer dans son action la démarche environnementale de son entreprise, engagée dans des projets de partenariat avec les Parcs Naturels Régionaux, dont celui du Périgord Limousin.

Tous les coureurs à pied ou en VTT bienvenus sur le parcours

Grâce à l’appui technique de Clodomir Coulon (OK time) qui a créé la trace numérique du parcours, il sera possible non seulement de suivre en temps réel le coureur équipé d’une balise GPS, en suivant un lien sur la page Facebook, mais également de le rejoindre à pied ou en VTT pour l’accompagner et faire une partie du parcours avec lui.

Pour accéder à la cagnotte en ligne, c’est par ici: https://www.helloasso.com/associations/francealzheimer-dordogne/collectes/grande-boucle-du-parc-perigord-limousin-la-virada-dau-parc-peiregord-lemosin

La page Facebook sur laquelle Patrick raconte ses découvertes à l’occasion de ses entraînements sur le territoire du PNRPL : La Virada Dau Parc Peiregòrd-Lemosin

Repousser ses limites

La volonté et la persévérance sont au cœur de ce type de performance. Il faut, explique Patrick « en avoir envie et solliciter tous ses atouts ». De nombreux entraînements sont indispensables, ainsi qu’une bonne connaissance de soi. Au-delà du voyage à travers les différents paysages, l’ultra coureur « part à sa rencontre en se confrontant à sa motivation, mais aussi à la douleur, aux conditions météorologiques ». D’où la nécessaire force mentale, ainsi qu’une vigilance et une concentration de tous les instants, associées à un état d’esprit positif.

Il est essentiel, relève le sportif « d’être conscient des difficultés présentes et à venir, que l’on est en bonne santé et surtout que l’on a fait le choix de ce défi ». Il est également très important dans cette résolution conclut Patrick, « de ne pas se mettre en danger et de comprendre que ne pas réussir ne rend pas moins mauvais, mais permet encore d’avancer sur le chemin de la connaissance de soi ».

À 55 ans, Patrick veut encore se lancer des défis. Le prochain sera de disputer début septembre le Tor des glaciers (l’étape succédant au Tor des Géants qu’il a réalisé en 2012), une course de 450 km avec 32 000 mètres de dénivelé, de quoi repousser encore ses limites…