Accueil BIEN ailleurs Adeline dans l’âme et les bras de la forêt : une bouffée...

Adeline dans l’âme et les bras de la forêt : une bouffée d’oxygène au Québec

PODCAST. Écoutons tout ce qu'Adeline, jeune Périgourdine partie étudier au Québec, a de rafraîchissant à raconter sur les études qu'elle a choisies, dans les grands espaces forestiers de la Gaspésie, son témoignage de femme dans un univers masculin, sa contribution à la préservation de la nature et ses réflexions sur le mode de vie dans la Belle Province.

Adeline Lemasson, Périgourdine de 21 ans, est partie poursuivre ses études au Québec, à Gaspé, en août 2019 : après un bac obtenu en Auvergne, au lycée des Combrailles, spécialisé dans l’univers canin, sa passion pour l’environnement l’a conduite vers le pays des grands espaces… et des grands froids, où elle apprend les métiers de la forêt.

Rentrée passer les fêtes de fin d’année en Périgord, un retour que la crise sanitaire l’avait empêchée de faire depuis deux ans et demi, la voilà repartie vers la dernière session de son cursus, avant de prendre un premier poste cet été, après des missions de stage et des expériences prometteuses. Ses bons résultats pourraient bien lui offrir la place de major de promotion, et des employeurs qui l’ont reçue en stage sont déjà pêts à lui tendre les clés du pick-up de service.

Le club périgourdin des Soroptimist, qui lui a accordé une bourse d’études, doublée d’une bourse nationale au regard de son dossier, peut être fier : la jeune femme a trouvé sa place dans cet univers très masculin et s’investit pour la sauvegarde de la nature, notre bien commun, travail de terrain inséparable de la réflexion sur l’écologie qu’elle mène au sein d’un atelier de philosophie.

Adeline, médaille d’or

En cette fin d’année universitaire à Gaspé, l’actualité d’Adeline vaut bien un complément d’information : comme elle l’espérait, elle décroche le titre de major de sa promotion, ce qui signifie des moyennes bien supérieures à celles de la classe et dans toutes les matières, sur trois ans. Cette distinction est assortie d’une médaille d’or pour son implication (son action pour les femmes en foresterie, sa mission de déléguée des étudiants, aucun jour d’absence lors de son cursus, notamment). Ces félicitations s’accompagnent de récompenses financières qui l’aideront à s’installer durablement dans ce pays, où elle a choisi de débuter sa vie professionnelle puisqu’elle a reçu de belles propositions. La jeune femme a aussi reçu le très symbolique jonc gravé d’une feuille d’érable, passeport entre son diplôme et ses futures responsabilités en foresterie.

Le club Soroptimist de Périgueux peut être fier d’avoir soutenu ce parcours de jeune femme dans un métier d’homme, à l’étranger.

Avec Robert Richard, directeur du Campus de Gaspé : « l’implication générale et le travail remarquable » d’Adeline lui valent aussi de recevoir 250 $ © Pierre Bindet
Avec Maude Gagné, professeure du département de foresterie : la médaille d’or de l’institut forestier du Canada est dotée d’un prix de 500 $ © Pierre Bindet