Accueil BIEN aimé Trouver la clé de son écriture

Trouver la clé de son écriture

©BIEN en Périgord
CULTURE. Dans le cadre du parcours d’éducation artistique et culturelle à destination des premières et des terminales, coordonné par l’Agence Départementale Dordogne-Périgord, des ateliers d’écriture ont été proposés aux lycées. Grâce à l’accompagnement de Fanny Rousseau, médiatrice à l’Agence, les participants ont pu s’affranchir des contraintes académiques habituelles, et apprivoiser leur écriture avec des consignes favorisant leur créativité.

Au lycée professionnel Porte d’Aquitaine de Thiviers, les élèves de Sophie Juge, en deuxième année de Brevet des Métiers d’Art, ont dépassé leurs appréhensions pour laisser libre cours à leur imagination, leur humour et leur singularité.

Donner vie à un personnage

Cet atelier est l’un des prolongements du travail effectué par toutes les classes engagées dans ce projet autour de la création théâtrale contemporaine. En lien avec la représentation de la pièce “Orphelins” de Dennis Kelly, interprétée par la compagnie périgourdine Herbes Hautes, Fanny Rousseau a proposé aux participants de créer un personnage, et au-delà de sa description, de lui conférer des émotions, des caractéristiques propres et une existence. Il ne s’agissait toutefois pas de n’importe quel personnage : les auteurs pouvaient opter pour une clé, une tasse, un manteau ou un objet de leur choix, à l’exception d’un téléphone ou d’une tablette.

Un moment de lecture partagée

Une première étape de lecture individuelle devant le groupe, a permis de recueillir les pistes d’amélioration suggérées par l’animatrice. Une phase d’écoute respectueuse, où chacun a livré un peu de lui-même, à travers les tribulations d’une clé, d’un rouleau de scotch, d’une chaussure, d’une brosse à dents ou d’une trousse. Avec humour, poésie et délicatesse, les jeunes élèves ont montré, en seulement deux heures, que l’évasion proposée par l’atelier d’écriture, tellement loin des exigences scolaires, pouvait libérer la créativité que nous portons tous en nous.