Accueil BIEN fait Derrière ces lunettes, moins de stress

Derrière ces lunettes, moins de stress

Ph. Virginie Roussel
CONFORT DE SOINS. Une start-up locale a perfectionné un dispositif d’hypnose high tech qui permet de détendre un patient avant une intervention, pour éviter de faire appel à des sédatifs médicamenteux. Réalisé en Nouvelle-Aquitaine, il est déjà utilisé dans plusieurs services hospitaliers français.

La société Relax, labellisée French Tech Périgord Valley (FTPV), créée début 2020 à Villamblard, œuvre discrètement pour le bien-être des patients appelés à subir une intervention : elle a conçu un casque pour réduire le stress. Son ergonomie rend le dispositif discret dans un environnement de soin, c’est un profil 2D plus compact que l’appareillage 3D habituellement utilisé pour une détente en immersion. On doit à Kristelle Stel et Stéphane Chevenot, à la vie comme à la vente, le perfectionnement d’un matériel autrichien, qu’ils ont d’abord eu l’opportunité de distribuer. Ils se sont rencontrés et ont changé de vie en s’installant en Dordogne, elle après un parcours dans le prêt à porter puis dans une équipe de direction en restauration, lui après 20 ans en milieu médical et hospitalier pour des prothèses aortiques : ils ont conjugué leurs compétences et expériences pour créer leur start-up et améliorer le potentiel hypnotique de ce système high-tech. « Ceci en s’appuyant sur savoir-faire français et même locaux », souligne Kristelle Stel, présidente de Relax. Au terme d’un long travail de Recherche & Développement, ils ont déposé un brevet. À l’heure du premier confinement Covid-19, ils ont retourné en avantage le frein imposé au démarrage de leur société : « Nous avons soigné la conception grâce à des mises en relation locales ». Les cartes électroniques n’arrivent pas de Chine, comme souvent dans ce domaine, mais sont confiées à la FEDD, une valeur sûre basée à Sainte-Alvère. Et Phenix électronique, à Lubersac (19), assure le montage et l’assemblage. « Nous avons perfectionné le cahier des charges ensemble pendant les trois mois de ralentissement économique. Notre système est maintenant modulable, réalisable à la carte. » Le design novateur des montures offre un résultat léger (170 grammes), ergonomique et maniable : le praticien intervient confortablement et le patient gagne une vraie détente. Vingt modèles sont déjà fabriqués et certains déjà utilisés, trois dans des services du CHU de Tours ou encore au CHU de Bordeaux.

Des horizons vidéo

L’expérience fait “voyager” le patient avant, pendant et après une intervention chirurgicale, lors d’un examen de santé ou d’un soin douloureux, et l’équipe médicale peut accéder aux voies aériennes supérieures si besoin. Les lunettes vidéo apaisent l’appréhension par une hypnose médicalement étudiée. « Ce type de système multimédia diminue l’utilisation de sédatifs, avec une récupération plus rapide et efficace. » 33 % des patients peuvent se passer de médication et 92 % souhaitent réutiliser ces lunettes qui adoucissent l’anxiété ou le stress légitime de l’organisme lors de chirurgies, notamment en pédiatrie ; pour des ponctions lombaires, biopsies, retraits de vis et de drain, procédures cardiovasculaires peu invasives, pose et dépose de cathéters, chirurgie dentaire… Cette sédation audiovisuelle est aussi utile en psychiatrie.
Kristelle Stel a participé à la session “Entreprendre et Innover” mise en œuvre par les Premières Nouvelle-Aquitaine et le Département. La start-up est aussi suivie dans le cadre de La FrenchTech Périgord Valley. «  Notre rentabilité est fixée à 50 machines. » Repéré par le service Fundmeup de l’Agence régionale de développement et d’innovation, Relax prépare une levée de fonds pour poursuivre son développement en France et à l’international. « Nous sommes les seuls sur ce créneau avec des avantages “produit” comme l’intéractivité patient-médecin, la légèreté ou encore l’adaptation à la vue. » En plus des décideurs de la sphère médicale, le duo de tête de Relax contacte les fondations, sponsors, clubs service et mécènes susceptibles d’équiper les services de santé.

Startupeuse lauréate

Kristelle Stell a eu la bonne surprise de compter parmi les 11 startupeuses soutenues par Orange en Nouvelle-Aquitaine et a intégré la saison 3 de #FemmesEntrepreneuses, programme de soutien au développement de l’entrepreneuriat au féminin, depuis le 4 février et pour une durée de 10 mois. Une centaine de startupeuses en bénéficient dans toute la France, avec un accompagnement sur-mesure conjuguant les réponses d’un grand groupe et ses ressources locales. En France, 10 % des startups sont fondées par des femmes, pour seulement 7 % des levées de fonds. Les entreprises comptant au moins une créatrice sont pourtant 63 % plus performantes que les créations exclusivement masculines. L’entrepreneuse va bénéficier de mentors de la direction Orange Grand Sud-Ouest, de formations et d’une belle visibilité, d’accès à des conférences digitales nationales et échanges avec des décideurs. De quoi soutenir un élan déjà prometteur.

© Virginie Roussel/Relax

 

Mode d’emploi

Relax apporte une sédation audiovisuelle 2D capable de gérer le stress du patient tout au long du parcours de soins. L’équipe médicale le prend alors en charge plus sereinement, une console avec écran tactile permet de suivre le contenu en temps réel et d’interagir : le patient est distrait mais pas isolé des soignants. L’installation et les consignes sont simples pour tous. La diffusion des contenus est choisie selon le profil, notamment pour les enfants : univers naturels avec une immersion nature & relaxation (savane africaine, dauphins dans l’océan, forêt canadienne), documentaires sur les régions françaises, films d’animations (signés de l’école supérieure des métiers artistiques Esma) et contenus personnels via USB ou Wifi. Les lunettes vidéo 2D peuvent être adaptées à la vue (réglage de -5 à +2 dioptries). « La technologie évolue vite et nous travaillons déjà sur une version plus facile à nettoyer en contexte Covid. »
Coût de l’appareil : 7 500 euros H.T. (+ garantie-services pour des mises à jour et intégration de données médicales).